Vous êtes ici :

Partager sur :

Accueil>Briançon Pratique>Mes démarches>Démarches sécurité>Brûlage des déchets verts à l'air libre
ecobuage_chapeau.jpg

Brûlage des déchets verts à l'air libre

Depuis le 14 mars 2017, un nouvel arrêté préfectoral relatif à la prévention des incendies interdit dans tout le département, quelle que soit la période de l'année, le brûlage des déchets verts.


Le brûlage des déchets verts est désormais interdit toute l'année

Mais d’autres solutions, moins nocives pour l’environnement et pour la santé, peuvent être envisagées pour se débarrasser des résidus végétaux.

 

Qu’entend-on par déchets verts ?

Ce terme désigne les feuilles mortes ainsi que les déchets issus de la tonte de gazons, de la taille de haies et d’arbustes, d’opérations de débroussaillage et d’élagage.

 

Le brûlage à l’air libre : une pratique encadrée

En vertu de l’arrêté préfectoral du 12 février 2004, l’emploi du feu est règlementé dans notre département.

Depuis le 14 mars 2017, un nouvel arrêté préfectoral relatif à la prévention des incendies interdit dans tout le département, quelle que soit la période de l'année,
le brûlage des déchets verts ( déchets issus de tontes de gazon, des feuilles et aiguilles mortes, des tailles d'arbres et d'arbustes.) L'interdiction s'applique aux
déchets produits par les particuliers, les professionnels et les collectivités.

Toutefois, des dérogations subsistent : le brûlage des déchets verts issus de débroussaillement obligatoire et le brûlage des végétaux sur pied (ou écobuage)
sont autorisés sous certaines conditions. Télécharger l'arrêté préfectoral ici.

A noter : ce nouvel arrêté interdit l'emploi de lanternes célestes dans les Hautes-Alpes.

Pour plus d'informations, veuillez vous rapprocher de :
- la Direction Départementale des Territoires (DDT) Hautes-Alpes - Service Eau Environnement et Forêt au 04 92 40 35 00 / http://www.hautes-alpes.gouv.fr/
- la Police Municipale de Briançon - 11 avenue René Froger - 04 92 22 33 30

 

Impact sur la santé et l’environnement

Aussi inoffensif qu’il puisse paraître, le brûlage de déchets verts nuit à l’environnement et à la santé, sans parler des risques d’incendie et des troubles de voisinage induits par les odeurs et la fumée.
En France on estime qu’un million de tonnes par an de déchets verts provenant de l’entretien des jardins de particuliers sont brûlés à l’air libre.
Largement pratiquée, cette activité dégage de nombreuses substances polluantes, toxiques pour l’homme et néfastes pour l’environnement.

En effet, la combustion végétale étant peu performante, elle libère des imbrûlés, en particulier si les déchets sont humides.
Les particules ainsi formées, sources de pollution atmosphérique, sont porteuses de composés cancérigènes.
En France, 42 000 décès* par an sont liés à la pollution de l’air et notamment aux particules fines.
Et en Région PACA, plus de 900 000 personnes**, soit 20% de la population, sont exposées à des dépassements des normes de la qualité de l’air.

 

Le saviez-vous ?

Brûler 50 kg de déchets verts émet autant de particules fines que :

  • 18400 km parcourus par une voiture essence récente
  • 5900 km parcourus par une voiture diesel récente
  • 3 mois de chauffage d’une maison avec une chaudière fioul performante

 

D’autres solutions plus respectueuses de l’environnement

Des solutions alternatives existent pour se débarrasser des déchets verts.
Plus écologiques, elles privilégient la valorisation des résidus végétaux plutôt que leur brûlage.
S’il s’agit de déchets organiques, le compostage ou le paillage comptent parmi les solutions à privilégier.
Pour les déchets les plus encombrants ou non réutilisables sur place, le dépôt en déchetterie semble tout indiqué.

Gérée par la Communauté de Communes du Briançon, la déchetterie de Briançon est située à Fontchristianne.
Elle collecte gratuitement les déchets verts à raison de 4m3 par apport.
Elle est ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h et le samedi de 9h30 à 12h et de 14h à 17h.

 

 

La qualité de l’air est exceptionnelle à Briançon, ce qui a valu à notre commune, haut-lieu du climatisme, de décrocher le label « Ville-Santé de l’OMS ». Pour préserver cette qualité, mieux vaut donc éviter de brûler les déchets verts et les déposer à la déchetterie !

 

*Enquête sur l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique dans 25 pays de l’Union Européenne réalisée dans le cadre du programme CAFE (Clean Air For Europe) de la Commission Européenne (2005)
**Source : Air Paca