Vous êtes ici :

Le projet du fort des têtes

Un projet de renaissance du fort des Têtes est à l'étude. La société française Next Financial Partners a conçu un ambitieux programme de réhabilitation du fort des Têtes qui accueillerait des hôtels avec spa, des logements, un restaurant gastronomique, un bar, des boutiques et un centre de congrès.


brève histoire du fort

Pivot du système de fortifications briançonnaises juché à 1470 m d’altitude, le fort des Têtes surplombe la ville qu’il avait pour but de défendre.
Cette ancienne cité militaire renferme 26 bâtiments, dont des casernes, poudrières, magasins d’artillerie et de vivres, un pavillon du Gouverneur et une ancienne chapelle.
Edifié à partir de 1721, le fort pouvait héberger jusqu’à 1250 hommes sur une superficie couvrant une fois et demi la proche Cité Vauban. Avec le pont d’Asfeld comme trait d’union, l’ouvrage constituait une extension de la ville.

Pendant les deux guerres mondiales, il abrite un centre de télécommunications militaires. En 1994, il accueille des manœuvres du centre national d’aguerrissement en montagne jusqu’au départ de l’armée, en 2009.

Le fort est inscrit au titre des monuments historiques en 1989 puis sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2008.

 

D’où vient son surnom de « fort des Trois Têtes » ?

A l’origine, le site n’était pas plat mais couvert de 3 mamelons rocheux, les « Trois Têtes », qu’il a fallu araser pour construire le fort.

 

 

état des lieux du fort

Les fortifications de Vauban à Briançon, dont le fort des Têtes est le fleuron, ont été reconnues en 2013 comme l’un des 7 sites patrimoniaux les plus menacés d’Europe*.
Un diagnostic sans appel que confirment des signes de décrépitude alarmants : de toutes parts, le fort subit les assauts des siècles, du climat et de la végétation. Les maçonneries s’effritent tout comme les roches sur lesquelles sont bâtis les édifices, les parements se déforment, des toitures menacent de s’écrouler.
Cette situation contraint l’Etat, propriétaire du fort, à débourser près de 2 millions d’euros/an pour d’indispensables travaux de mise en sécurité. La Ville injecte quant à elle 300 000 €.  Des sommes englouties pour le simple maintien en l’état de l’ouvrage. Car sa restauration coûterait 40 millions d’euros !

* Palmarès établi par Europa Nostra, fédération européenne des ONG du patrimoine.

Les chiffres

  • 22 380 m2 : surface de plancher
  • 46 ha : superficie
  • 2,2 millions d’€ : coût annuel des travaux de mise en sécurité (financés par l’Etat à hauteur de 1,9 million)
  • 40 millions d’€ : coût estimatif de la restauration du fort

 


PROJET DE RéHABILITATION DU FORT

Un virage à 180° de la défense à l'accueil

 

 

 Ludovic Arnaud, directeur de Next Financial Partners :

"Aujourd’hui, les hôtels les plus prestigieux de la planète s’établissent dans des monuments classés, offrant à leur clientèle le privilège de séjourner dans des lieux chargés d’histoire. De même, les chefs qui cherchent à décrocher une 3ème étoile au guide Michelin sont en quête de lieux d’exception où ouvrir leur restaurant.

Demain, le fort des Têtes, estampillé UNESCO, sera l’un de ces écrins. 
Une fois restaurés, ses bâtiments accueilleront deux hôtels (4 et 5 étoiles) dotés de spa, 33 logements, un restaurant gastronomique, une brasserie, un bar, des boutiques et un centre de congrès.

Le fort des Têtes se transformera en un nouveau quartier de Briançon ouvert sur la cité, accesible à pied, en voiture ou par liaison téléportée depuis le Champ de Mars."

 

"(...)A l’automne 2017, après l’obtention de l’agrément fiscal, le projet est entré dans sa phase opérationnelle.
La levée de fonds étant déjà bien avancée, les travaux devraient démarrer à l’été 2018. Dès 2021, nous tablons
sur une fréquentation de 50 000 visiteurs/an."

 

Lisez l'interview complète de Ludovic Arnaud et de Gérard Fromm, Maire de Briançon.